Ghaida Hussein : Créer un monde de rêves après avoir tout perdu

This post is also available in: English (Anglais) Русский (Russe)

Par Natalia Yurevich

L’histoire de Ghaida Hussein est une inspiration pour quiconque traverse des difficultés dans la vie. Ghaida Hussein a créé la première école pour les enfants réfugiés dans un camp de réfugiés syriens. Elle a aidé à lancer des écoles dans d’autres camps et s’est impliquée dans le leadership des femmes. Aujourd’hui, mère célibataire d’un garçon de deux ans, elle donne des cours aux enfants, fournit des conseils psychologiques aux enfants et aux adultes, travaille avec les médias internationaux et inspire les femmes du monde entier pour assumer des rôles de leadership. Cette conversation nous rappelle à tous l’impact que peut avoir une seule vie.

À la mémoire d’Obaid Al-Hussein. Que sa mémoire soit une bénédiction.

Ghaida-Hussein_Inspiring-Story-of-a-School-Fouder-for-Refugee-Kids-in-Syria_Save-The-Children_MadameSuccess

Bonjour Ghaida. Je suis ravie de parler avec toi aujourd’hui. Si je te demandais de me dire un mot en Arabe qui permet de créer un bon lien avec les autres, quel mot serait-il ?

En Arab, on dit une phrase merveilleuse: « TBRINI! » La traduction pourrait cependant te choquer. Cela signifie littéralement: « Mettez-moi au cimetière! »

On entend souvent les gens se le dire partout dans le monde arabe.

Mais ce qu’ils veulent dire, c’est : « Je veux me voir mort avant toi! » ou « J’espère que tu vivras plus longtemps que moi! »

Lorsque vous aimez beaucoup quelqu’un, vos enfants, votre famille, vos amis, dites-leur, « TBRINI! »

J’adore à quel point vous êtes généreux l’un envers l’autre ! Il y a sept ans, en 2013, tu as lancé un projet scolaire unique dans un camp de réfugiés en Syrie. Pourquoi as-tu fait cela ?

Ghaida-Hussein_Inspiring-Kids-and-Adults_Syria_School-Fouder-for-Refugee-Kids_Save-The-Children_MadameSuccess

Je l’ai commencé pour une raison simple: nous en avions besoin !

Nous vivions dans un grand camp de réfugiés et je regardais des jeunes d’âge scolaire sortir sans rien faire depuis plus de deux ans !

Je savais ce que je devais faire.. 

Un jour, j’ai dit aux enfants de venir dans ma tente familiale et, j’ai commencé à les éduquer.

Combien d’enfants se sont présentés dans ta tente ?

Une quarantaine entre 6 et 13 ans. Mais très vite, le nombre est passé à 60 !

Inspiring-Story-of-Ghaida-Hussein_Finding-Solutions-for-Syrian-Refugee-Crisis_School-for-kids_Save-The-Children_MadameSuccess

Attends, toi, ta famille et 40 à 60 étudiants dans la même tente !?

Oui ! Les 40 premiers étaient faciles à loger. La tente était assez grande, environ 8 mètres carrés. Mais soixante, c’était bien trop.

Je savais que je devais demander de l’aide. Je suis allée chez le responsable du camp et il nous a proposé d’utiliser une tente plus grande pendant une journée. 

Malheureusement, mes élèves enthousiastes étaient trop bruyants et nous avons été expulsés.

Heureusement, c’était l’été, il faisait beau et chaud. J’ai décidé que nous continuerions à apprendre sous les oliviers.

Inspiring-story-of-a-school-Under-the-tree-Founded-by-Ghaida-Hussein_Syria_for-Refugee-Kids_Save-The-Children_MadameSuccess.com

Peux-tu m’en dire plus de ton école sous les oliviers ?   


Imagine, tous les matins avant le début des cours, mes élèves accouraient vers ma tente, se rassemblaient autour, attendant que je sorte!

Cela m’a immédiatement rappelé mon enfance lorsque mes frères et sœurs et moi nous rassemblions autour de la table de la cuisine, en attendant que notre mère prépare notre nourriture.

Là, c’était mes 60 étudiants qui avaient faim de connaissances et d’apprentissage.

Inspiring_Ghaida-Hussein_School-Fouder_Teacher_Save-The-Children_MadameSuccess

Les écoles de la région d’Atma ne sont pas assez grandes pour accueillir tous les enfants réfugiés.

C’était vraiment exceptionnel de commencer l’école dans un camp. 

Personne n’avait jamais pensé que c’était nécessaire. Imagine ça !

Combien de temps as-tu enseigné sous l’arbre?

Notre école a été ouverte tout l’été, environ 3 ou 4 mois.

Il y avait encore quelques camps de réfugiés dans les régions environnantes, et je savais qu’il était essentiel de fournir des opportunités éducatives dans ces camps également.

J’ai contacté mes amis d’autres camps et ai demandé s’ils voulaient ouvrir une école.

Oui, oui, oui et avec des propositions de personnes disposées à enseigner.

Inspiring story oInspiring Story of Ghaida-Hussein_School-Fouder_Teacher_Save-The-Children_MadameSuccess

Chaque camp aurait une école pour 50 à 60 élèves. 

Nous avons commencé à prendre des photos et des vidéos, en les envoyant à des ONG qui se soucient des enfants et de l’éducation. Nous voulions montrer que nous avions besoin de soutien pour ce projet.

Tu as vraiment pensé de façon globale.

En 2013-2014, lorsque nous nous sommes installés dans les camps, il n’y a pas eu de bombardements, pas de déplacements. 

Cela a beaucoup facilité le fait de mettre la priorité sur l’éducation.

Que s’est-il passé à la fin de l’été ?

Nous avons réussi à attirer l’attention de différentes ONG. Ils nous ont rendu visite, distribué la craie, les tableaux, les stylos et les cahiers.

En 2014, l’organisation Save The Children nous a aidé à construire des tentes plus grandes. Quelques années plus tard, en 2017, avec leur aide, nous avons pu ouvrir une école plus grande avec environ 10 salles de classe.

Aujourd’hui, notre école peut accueillir environ 700 élèves provenant d’environ cinq camps.

Inspiring Story of Ghaida-Hussein_School-Founder-for-Syrian-Refugee-Kids_Supported-by_Save-The-Children_Interview-MadameSuccess

Grâce à Save the Children, nous avons ajouté plus d’enseignants. Nous avons un total de 18 personnes travaillant dans l’école et un directeur de sexe masculin.

Quels cours enseignes-tu ?

J’ai commencé par deux choses: réciter le Coran et apprendre à lire et à écrire. Beaucoup de jeunes ne savaient même pas lire ou écrire, même si certains avaient 13 ans !

Ils n’avaient pas été scolarisés depuis trop longtemps ! 

Aujourd’hui, je travaille beaucoup avec des élèves de deuxième année. Les cours peuvent varier en fonction des besoins.

Nous suivons le programme scolaire normal. Cependant, nous nous assurons de ne pas avoir de photos de Bachar al-Assad dans les salles de classe. 

Alors que le virus Corona a commencé à se propager dans le nord-ouest de la Syrie cet été, nous avons dû éduquer les enfants sur la façon de se protéger.

J’ai toujours été enseignante, mais dans les camps, je suis également devenue une conseillère, qui offre un soutien psychologique aux étudiants et aux adultes. 

Dis m’en plus sur l’aide psychologique que t’apportes.

De nombreux enfants ont vu la mort. Ils ont vu leurs parents détenus ou tués. Ils ont enduré le travail des enfants. Certains ont perdu leur mère et ils n’ont pas pu accepter la réalité.


Il y avait une petite fille dans mon école qui cachait la chaussure de son père dans un sac. Elle croyait que son père reviendrait, et quand il reviendrait, elle lui donnerait sa chaussure.

C’était atroce à voir parce que je savais que son père ne reviendrait pas. 

Les adultes ont aussi beaucoup souffert.

Certaines mères ont été détenues. Elles venaient me voir pour en parler.

Mon rôle est de bâtir la confiance avec eux, de les aider à parler de leurs sentiments. Je les aide à comprendre leurs sentiments et ce qu’ils vivent.

Il est important d’exprimer des sentiments… et c’est une partie essentielle de ce que je fais.

Il est difficile de faire le travail que tu fais et de fournir un soutien psychologique. Où trouves-tu la force ?

Dieu soit loué, j’ai ma famille. Tant que je les ai, je me sens en sécurité. En sécurité et forte. 

Avoir cette force m’a toujours motivé à soutenir les autres. Je me dis toujours : 

« JE SUIS FORTE. JE DOIS UTILISER MA FORCE POUR AIDER LES AUTRES. »

Ghaida Hussein

Cela pourrait être comme un cycle. Je donne, mais je reçois aussi beaucoup.

PARLONS DE CHALLENGES

Quels défis as-tu rencontrée au cours de ces années ?

Au tout début, beaucoup de gens étaient convaincus que nous n’avions pas besoin d’ouvrir une école dans un camp. 

Les gens pensaient que le conflit finirait par s’arrêter, que nous rentrerions chez nous et que ce serait le bon moment pour ouvrir une école.

Un autre défi est le financement. Jusqu’à ce que nous commencions à obtenir le soutien des ONG, l’ensemble du projet était difficile.

Comment as-tu convaincu ceux qui pensaient que ce n’était pas le bon moment pour ouvrir une école ?

J’ai dit,

« Si nous n’éduquons pas nos jeunes générations, nous ne serons pas libres. Nous avons commencé cette révolution parce que nous voulions une vie meilleure. Nous devons exprimer ce que nous voulons, revendiquer nos droits. »

SI NOS ENFANTS NE VONT PAS À L’ÉCOLE, ILS SERONT SANS ÉDUCATION. C’EST PRÉCISÉMENT CE QUE VEUT LE RÉGIME.

Inspiring Story of Ghaida Hussein_Education for Children_Women in Refugee Camps_Syria_Interview Madame Success

Est-ce que c’est difficile d’être une femme dans un camp de réfugiés ?

Le pire, c’est de craindre pour la vie de vos enfants. Il y a toujours une possibilité d’attentat et de fusillade.

J’ai eu peur pour mon fils de deux ans. Quand il y a eu des attentats à la bombe, j’ai souhaité pouvoir me transformer en parapluie. J’ai couvert mon fils de mon corps. J’ai eu tellement peur qu’il soit abattu ou blessé par un éclat provenant d’une explosion.

J’espérais pouvoir le protéger avec mon corps

PERDRE SON ENFANT EST LE PIRE CAUCHEMAR POUR TOUTE FEMME DU CAMP.

PARLONS DE LA FAMILLE

Parlons-nous de ta famille.

J’ai grandi dans une grande famille syrienne, très aimante et respectée.

Nous sommes deux garçons et six filles. Je suis la septième sur huit frères et sœurs. Nous avons toujours été très proches les uns des autres, et grâce à Dieu, nous sommes toujours ensemble.

Je me suis toujours senti soutenu, encouragée et c’est très précieux. Cela me donne beaucoup de force.

Inspiring Ghaida Hussein_Syrian Refugees crisis_School Fouder_Teacher_Save The Children_MadameSuccess_6
Parents: Naiwa Al-Obaid and Obaid Al-Hussein

Comment ta vie a-t-elle changé après le changement de la situation politique en Syrie en 2011 ?

Avant 2011, ma famille était très aisée. Nous possédions une grande maison et une station-service. En 2011, après l’une des attaques, nous avons trouvé notre maison et la station-service bombardées, volées, presque détruites par l’armée du régime.

C’était la dernière fois que j’ai vu ma maison. Nous avons perdu notre maison et la plupart de nos biens. Nous allions d’un village à l’autre.

Notre maison suivante était une tente dans un grand camp de réfugiés, mais nous étions reconnaissants d’être en vie.

Inspiring_Ghaida Hussein_School Fouder_Teacher_Save The Children_MadameSuccess

Si tu pouvais rendre hommage ou remercier une femme de ta famille ou de ton entourage proche, qui serait-ce ?

Ma grand-mère. 

Elle m’a toujours raconté de belles histoires.

Dans l’une de ses histoires, elle a décrit un lieu magique rempli de personnes vraiment nobles. Ces personnes ne s’envient pas. Ils se soucient les uns des autres et s’aiment. 

Le ciel est parfaitement bleu à cet endroit, avec de magnifiques oiseaux volant dans le ciel bleu. C’est un lieu de gentillesse, de paix et d’amour.

Notre réalité pendant la révolution ne pouvait pas être plus différente. Nous pouvions à peine voir le ciel sans avions larguant des bombes sur nous. Les gens étaient effrayés, agressifs. La mort était omniprésente.

Je pensais souvent au bel endroit de l’histoire de ma grand-mère. Je dirais à Dieu :

S’il te plaît, Dieu, montre-moi le chemin pour aller vers un endroit meilleur, un endroit où les gens se soucient les uns des autres et répandent la paix et l’amour.

Quel est le prénom de ta grand-mère ?

Yazi.

Merci d’avoir partagé avec moi certains photos de tes dessins. Dessines-tu encore aujourd’hui ?

L’art a toujours été mon sujet préféré. 

J’adorais peindre, mais beaucoup de mes tableaux ont été volés par le régime. J’étais triste qu’ils aient été pris, mais au même moment, je me suis dit qu’ils avaient été volés, parce qu’ils étaient beaux. Cela signifie que quelqu’un les aimait beaucoup.

Je n’ai pas pu faire d’art dans le camp. À l’heure actuelle, ma principale priorité est l’éducation et les enfants.

LEADERSHIP AU FÉMININ

Tastakel est une organisation pour l’autonomisation des femmes en Syrie. Pourquoi y as-tu adhéré ?

Je voudrais demander Mai Barazi, notre merveilleuse traductrice, en parler d’abord.

Merci. Mai, veux-tu nous en dire plus ?

Je suivais les activités deJe suivais les activités de Hind Kabawat, la fondatrice de Tastakel, sur Facebook depuis plus de 2 ans. 

Hind Kabawat, Wilson Center

Hind Kabawat est directrice de la consolidation de la Paix Interconfessionnelle au Centre pour les religions du Monde de l’Université George Mason et directrice adjointe du Haut Comité des Négociations (HNC) pour la Syrie à Genève. Hind a toujours soutenu les centres pour femmes. 

Quand j’ai appris qu’elle voulait créer une nouvelle organisation dans le but d’autonomiser les femmes en Syrie, j’ai contacté Hind et lui ai proposé de l’aide. J’étais prête à faire tout ce qu’elle me demandait.

Nous avons eu l’idée d’enseigner aux femmes syriennes des compétences en communication, pour les aider à bâtir une société meilleure.. 

J’ai commencé à enseigner à Jarjanaz. Mais lorsque Jarjanaz a été bombardé, nous avons dû fuir et fermer le centre.

Ensuite, nous avons commencé à travailler avec l’Université George Mason. Nous avons créé le programme pour former des femmes leaders en Syrie.

Nous donnons des conférences sur les droits des femmes, les droits de l’homme et la résolution des conflits. Nous enseignons des compétences qui peuvent aider les femmes à avoir une présence plus politique et sociale à l’avenir.

Alors Ghaida a postulé pour ce programme.

L’un des critères pour être accepté dans notre programme est de s’impliquer activement dans la vie communautaire. Nous n’offrons pas d’emplois. Notre objectif est d’aider les femmes à développer de solides compétences en leadership et à faire une différence. Ghaida remplissait tous les critères. 

Ghaida, dis-nous pourquoi tu as décidé de postuler ?

J’ai décidé de postuler dès que j’ai entendu parler de Tastakel

J’adore apprendre et j’essaie toujours de développer mes compétences.

J’ai beaucoup profité des cours de leadership, du droit international, de la résolution des conflits et de la consolidation de la paix. Ces compétences me sont précieuses car elles m’aident à résoudre les conflits rencontrés par les femmes et les enfants ici dans le camp

Hind Kabawat and Ghaida Hussein

Mais j’ai compris l’importance de ces compétences bien plus tôt.

Au debut de la guerre, j’étais témoin de la façon avec laquelle une femme superbement douée en matière de diplomatie  pouvait s’opposer efficacement au chantage et aux pots-de-vin. Regarder cette femme m’a inspirée pour travailler sur mes compétences en communication.

Je ne laisserai personne faire du chantage, exploiter les enseignants ou voler leur salaire.

Aujourd’hui, j’enseigne les techniques de communication à d’autres femmes. Ensemble, nous pouvons faire la différence.

Je suis vraiment reconnaissante pour le projet de Hind.

Comment les gens peuvent-ils aider et soutenir vos projets ?

Ce dont nous avons le plus besoin, c’est d’un soutien financier.

Au milieu de l’été, à cause du virus Corona, Save the Children et d’autres organisations ont réduit les fonds. Même si nos étudiants n’ont pas d’ordinateurs, nous proposons toujours des cours en ligne, en utilisant les téléphones des parents de nos élèves. Nos enseignants font du bénévolat aujourd’hui, mais ils doivent être payés. Ils ont besoin de soutenir leurs familles.

Les enfants de Syrie ont droit à l’éducation. Ce sont les victimes innocentes d’une guerre injuste. L’éducation peut éclairer nos chemins à l’avenir !

Comment quelqu’un qui lit cette interview aujourd’hui peut faire un don ?


En raison de la réglementation internationale, il est impossible de transférer de l’argent à une personne ou à une organisation privée en Syrie. Je n’ai pas de compte bancaire. Cependant, vous pouvez avoir un impact aujourd’hui en faisant un don à Save the Children. Cette organisation a une réputation bien établie, elle a soutenu notre école et elle continue de fournir une aide inestimable aux jeunes syriens sur le terrain !

PARLONS DE REUSSITE

Quelle est ta définition du succès

Le succès pour moi, c’est de voir des enfants venir régulièrement en classe, sachant qu’ils ont la possibilité d’aller à l’école que j’ai fondée.

Les gens pensent souvent que le succès est une question d’argent ou d’obtenir des diplômes d’études supérieures. 

Pour moi, le succès consiste à s’adapter aux nouvelles circonstances qui nous entourent et à créer une meilleure vie communautaire.

Le succès consiste à faire une différence dans la vie des gens.

Ghaida Hussein

Je veux être le pont sur lequel les générations peuvent marcher, afin que nous puissions réussir à construire une société consciente et éduquée dans laquelle prédomine l’amour et la paix.

Aurais-tu un dernier mot à partager avec nos lectrices ?

La résilience et l’espoir sont les deux des choses les plus importantes de la vie.

Avant tout succès, nous sommes susceptibles de faire face à plusieurs échecs, et ce n’est pas grave. Il est important d’accepter les échecs et d’en tirer des leçons. Nous devrions voir l’échec comme une expérience et ne pas nous morfondre. 

J’adorerais recommander de développer sa résilience, d’accepter le fait que vous pouvez échouer plusieurs fois, d’en tirer des leçons et de ne jamais perdre espoir.

Merci beaucoup, Ghaida. Mai, merci pour ton aide. Tbrini !

Ibraho, tbrini!

LIENS UTILES

❤️ Tendez-leur la main: SOUTENEZ NOTRE COLLECTE DES FONDS POUR LES PROJETS EDUCATIFS EN SYRIE

Fundraising_2021_Donate_EducationProjects_Save The Children_MadameSuccess.com

🧕 Tastakel

☮️ Hind Kabawat

💟 Save the Children

💡Comprendre la situation en Syrie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *