Chiara Condi – Led by Her vers le Succès

This post is also available in: English (Anglais) Русский (Russe)

 

By Olga FROMENTIN

Chiara Condi est présidente de l’association Led By Her, qu’elle a créée à Paris en 2014. Le but de cette organisation est de contribuer à la reinsertion professionelle des femmes victimes de violences. A ce jour Led by Her est le seul programme de ce genre en France. L’association encourage l’entreprenariat féminin et aide les femmes à créer leurs propres entreprises en leur fournissant des outils et ressources nécessaires. 

Chiara est une femme jeune et dynamique, qui a grandi en Italie dans une famille bilingue italo-américaine.  Elle a fait ses études à Harvard, Sciences Po et London School of Economics en se constituant un important background qui lui permet d’apporter un précieux soutien au monde actuel de femmes entrepreneuses. Elle trouve que les femmes ne doivent surtout pas limiter leurs ambitions et que notre clef de succès – c’est de mieux se connaitre et découvrir ses propres talents pour donner le maximum de soi-même.

Led By Her Chiara Condi Contest Aviva Fabrique Paris France

Bonjour Chiara, merci d’être venue! Tout d’abord, félicitations pour Led by Her, qui a atteint la finale du concours de Fabrique Aviva permettant de lever les fonds pour les start-ups. Pourrais-tu nous parler de ton projet stp?

Oui, bien sur! Notre projet vise à aider les femmes qui ont subi des violences à devenir entrepreneuses; nous les soutenons dans leur ambition de se reconstruire à travers l’entreprenariat. Tous les ans nous sélectionnons 30 femmes pour notre programme qui commence en septembre et se termine en juillet de l’année prochaine. A la base c’est un programme académique que nous avons crée avec 2 écoles de commerce : l’IESEG School of Management et l’ESCP Europe et il est composé de 340 heures de cours et 100 disciplines.
Led By Her Organisation Paris France

Il contient l’entreprenariat, les cours techniques et le développement personnel. Un tiers de notre programme est consacré au développement personnel afin d’aider les femmes de mieux comprendre qui elles sont et pourquoi elles participent au programme et quelles sont leurs ambitions en termes de leurs projets.

Nos groups sont très divers, plusieurs nationalités de tous les âges, de 23 à 60 an, la moyenne varie entre 37 et 50 ans et tout le monde démarre en septembre. A part le programme lui-même, nous proposons un coaching individuel, chaque femme est épaulée par notre équipe et bénéficie des conseils de l’ecole de coaching « Le Playground ». Nous avons également des visites de coachs indépendants.

Cette année vous avez votre première promotion?

En septembre nous lançons déjà notre 4eme année! Chaque année nous participons à un bon nombre d’événements, par exemple, nous avons fait Led By Her Hackathon Chiara Condi Paris FranceHackathon en mars et nous avions eu 400 inscrits. Chaque espace a été divisé en groupes afin de permettre aux femmes d’avancer sur leurs projets. Elles ont également eu le soutient d’écoles d’expertise, notamment Epitech, et des spécialistes de différentes entreprises qui sont venus passer 2 jours avec nos participantes en travaillant sur leurs projets. C’était un travail collectif sur chaque projet en particulier. A fin les femmes ont présenté leurs projets devant le jury et nous avons eu un concert.

Ensuite nous avons organisé un autre événement ou nous avons crée une sorte de « speed networking » pour toutes les participantes, donc tout le monde a eu l’occasion de participer et donner son point de vue sur les projets des autres. Nous avons également organisé des tables rondes autour de différents sujets.

Cette année nous avons crée un événement sur l’innovation dans le droit des femmes pour lequel nous avons utilisé les services d’une communauté qui avait déjà une plateforme numérique pour traiter les sujets juridiques touchant les femmes qui ont subi des violences. 

Nous sommes donc très engagés dans la défense de droits de femmes dans l’entreprenariat digital et nous avons travaillé par exemple avec la Commission Européenne. Une représentante de la commission est venue en Novembre dernier pour lancer son plan contre la violence et entendre les histoires des femmes qui avaient participé à notre programme. Nous sommes également partenaires du forum OECD.

Est-ce que vous faites le suivi des femmes qui sont passées par votre association?

Led By Her Cheek Magazine

Oui, beaucoup d’entre elles font toujours partie de Led By Her communauté, elles reviennent pour partager leurs connaissances et leurs expériences, nous organisons les événements ensemble. En général, les femmes suivent les cours de la 1ere année et nous leur offrons un suivi avec un mentor pendant 3 ans, nous avons une plateforme dédié à cela – c’est ainsi que le programme fonctionne.

C’est intéressant, comment as-tu a eu l’idée de ce concept novateur?

Chiara Condi Led By Her Interview MadameSuccess.com Cafe Paris
Chiara Condi, Led By Her, Paris

J’ai toujours été une personne très engagée dans ma communauté. Quand j’ai fait mes études d’histoire et de lettres à Harvard, j’ai également fait du bénévolat dans un centre d’accueil pour SDF. Cela m’a donné une idée de travailler dans une institution internationale, m’occuper des problèmes macroéconomiques, de la pauvreté etc.

Je suis donc venue à Paris pour un an pour faire mon master à Sciences Po, j’ai continué avec le double master chez London School of Economics et le stage à la Banque Européenne de Reconstruction et le développement. J’ai été embauchée au moment ou ils ont crée un département de « genres », ou j’ai eu mon poste et nous nous occupions à évaluer et mesurer l’impact des investissements sur les femmes. 

J’ai énormément appris et j’ai travaillé dans beaucoup de secteurs différents, c’était une expérience remarquable. Ce travail m’a convaincue qu’en réalité les femmes étaient touchées différemment par tout ce qui se passe dans le monde et que si nous ne créons pas de mesures efficaces, les choses ne changeront jamais. C’est la raison pour laquelle j’ai créé Led by Her, car c’était la cause que je voulais défendre. Et en même temps j’étais fatiguée de travailler pour une institution mondiale, je voulais avoir un impact direct sur la vie des gens.

Tu as été déçue par ton expérience chez EBRD?

Oui, tu sais, je voulais vraiment faire quelque chose de plus humain. Dans les organisations de taille nous travaillons de manière assez détachée. Je voulais m’occuper de sujets plus intéressants pour moi pour voir comment mon travail et mon activité peuvent réellement changer la vie des gens.

Quand je suis venue à Paris, j’ai étudié la question de bénévolat pour les femmes et j’ai aperçu qu’il y avait des associations qui aidaient les femmes psychologiquement, les soutenaient dans leurs recherches du logement ou de l’assurance médicale, différents agents sociaux, mais personne ne les aidait professionnellement pour leur donner la possibilité de se reconstruire. 

C’est pour cette raison que tu as décidé de créer Led By Her ici, en France?

Bon, je venais d’arriver en France et j’ai décidé de rester. Ensuite tout s’est enchainé, j’ai contacté les écoles de commerce à Paris et ils ont rapidement dit « oui » à mon projet. Tout s’est passé très vite, j’ai trouvé notre premier groupe de femmes et tout organisé en fonction. La première année a été plus simple, on a du faire avec les moyens de bord et nos compétences pour lancer et maintenir le projet.

Dans une de tes interviews tu as dit: « Une fois que vous avez atteint un certain niveau, vous devez vous poser et réfléchir à la stratégie » – ainsi, après la première année, as-tu du approfondir et détailler le projet? Est-ce que le concept a changé depuis?

Nous avons change beaucoup de choses! Avant nous n’avons pas participé aux évènements et nous n’avions pas de partenariats avec des entreprises, nous n’avions pas travaillé avec les organisations internationales, au début c’était juste la base du programme.

Après avoir travaillé avec notre première promotion de femmes, nous avons mieux compris leur besoins et le genre de candidates qui pourraient réussir dans ce programme, nous avons donc adapté notre « recrutement » en fonction. Notre activité s’est beaucoup développée et nous avions de plus en plus de pression pour trouver le financement du projet.

Ainsi, nous avons commencé à proposer les séminaires et les ateliers pour les entreprises. Elles peuvent travailler avec les participantes de Led by Her et même avoir des échanges individuels, cela fait maintenant partie de notre modèle économique. Nous avons également divisé le travail en différents chantiers, comme ca nous avons des spécialistes responsables pour les événements, les questions économiques, le travail interne etc.

Led By Her Chiara Condi Even Team Paris France

Combien êtes-vous à présent ?

Nous sommes une vingtaine de personnes plus nous avons 2 directeurs académiques, un venant de l’IESEG, un autre de l’ESCP.

Que s’est-il passé après ton travail chez EBRD?

J’ai voulu faire une pause dans ma vie, j’ai eu quelques problèmes de santé et j’avais vraiment besoin de passer à autre chose. Je suis partie chez moi, en Italie, et j’ai cherché un projet qui donnerait du sens à ma vie. Ensuite j’ai pensé à toute mon activité sociale, à mon engagement et j’ai compris que j’avais besoin de ce contact avec les gens et de ce sentiment d’être utile. Mais comme j’avais travaillé sur les sujets sensibles, j’étais au courant de la problématique des violences faites aux femmes, je connaissais le contexte.

Aujourd’hui tu es une femme réussie, on va parler succès. Est-ce que tu sens que tu as déjà atteint le succès ou tu es toujours sur ton chemin de la réussite?

C’est une question compliquée.

Chiara Condi Led By Her Paris talking to Olga Fromentin
Chiara Condi, Led By Her parle à Olga Fromentin

Je ne pense pas le sentir vraiment… Je n’ai pas de regrets pour ce que j’ai accompli et je suis persuadée avoir bien fait, au moins j’ai mis toute mon énergie dedans. Donc je peux sentir une espèce de réussite, oui, mais j’ai encore beaucoup de choses à réaliser.

Donc je suis satisfaite de ce que j’ai fait, mais je reste toujours ouverte aux nouveaux défis.

Penses-tu que c’est plus facile d’être réussi en tant que homme ou en tant que femme dans la société actuelle? Est-ce que le succès est une question de genre?

Oui; je pense qu’il y a des différents types de succès.

Est-ce d’être populaire ou de gagner beaucoup d’argent ? Il y a tant de nuances…

Ce qui est plus facile pour les hommes, c’est qu’ils ne se mettent pas de limites eux-mêmes, ils pensent que tout ce qu’ils veulent est atteignable et ils foncent. Les femmes ont souvent besoin de demander les gens autour d’elles, de prendre confiance en elles.

Est-ce un manque de confiance en soi en général ou cela dépend de chaque personne, qu’en penses-tu?

Je pense que l’on manque de confiance en soi, qui est aussi dû au fait que nous avons moins d’exemples à suivre côté féminin que côté masculin.

Chiara Condi Led By Her Paris Interview MadameSuccess answering questions
Chiara Condi, Led by Her

C’est drôle, je suis allée à une conférence récemment ou une des intervenantes a été une jeune femme milliardaire qui s’est construite toute seule et elle a dit que c’est uniquement quand elle a commencé à aider les femmes entrepreneuses qu’elle a réalisé qu’elles avaient un gros problème avec l’argent.

Je pense que les femmes ont besoin de plus d’encouragement de leur entourage pour oser, pour avancer et pour voir la valeur de leur travail. Les hommes savent qu’ils peuvent le faire, voilà tout.

Qui sont tes exemples à suivre?

Bon, je n’ai pas vraiment d’exemple en particulier. Je dirais que je suis plus inspirée par de différentes choses que les gens font et je pourrais probablement faire de même. Il y a tant d’inspiration dans tous les domaines!

Et si on revenait à des différentes notions du succès… Est-ce que l’argent est une mesure de la réussite? Est-ce que la popularité est synonyme du succès?

Je trouve que de nos jours le succès et devenu synonyme de popularité, car nous avons les réseaux sociaux et nous sommes beaucoup plus exposés qu’avant, parfois sans vraiment le souhaiter. Cela pourrait poser problèmes dans ta vie.

Evidemment, l’argent est un moyen, tu peux faire beaucoup de choses avec et même créer plus. Et si tu n’arrives pas à le faire, tu peux te retrouver coincé à cause de l’argent qui manque. 

Est-ce que l’argent peut être le but, la définition monétaire du succès?

Clairement, c’est un moyen d’avoir la liberté d’action. Il aide également à avoir ton propre impact sur le monde.

C’est quelque chose que l’on n’apprend pas à l’école, comment te sentir en paix avec toi-même, comment gérer l’argent, comment avoir l’égalité, personne ne nous en parle vraiment. Je pense que l’on devrait être sensibilisé envers ces sujets dès le plus jeune âge.

Tu as dit une fois que « L’égalité est une quête ». Vraiment? Cela signifie-t-il que nous sommes en quête permanente?

Je pense que l’on pourrait l’atteindre, mais ce n’est pas encore fait. Il y a beaucoup de problèmes à ce niveau-là. Nous avons besoin de trouver les solutions ici et maintenant au lieu de dire que c’est trop tard.

Il y a beaucoup de travail à faire afin de comprendre les raisons de l’inégalité. Je trouve aussi qu’il y a certaines choses qui peuvent être résolues quand tu es jeune.

Des fois tu ne connais même pas les moyens de faire, mais on le fait sans se poser des questions et en espérant que les choses vont changer.

Cela a beaucoup d’impact sur les femmes : des programmes spéciaux, des choses qui fonctionnent vraiment.

Cela pourrait être assez controversé, comme une discrimination positive. Mais si tu ne le fais pas, cela n’apparaitra pas par magie, tu sais.

Y-a-t-il des livres qui t’inspirent? Des blogs ou des articles?

Chiara Condi Led By Her Round Profile Photo

Je ne suis pas vraiment des blogs, mais je lis beaucoup d’articles. J’aime lire des nouvelles sur les voyages et sur le gens talentueux qui ont changé le monde. Je découvre le monde à travers les livres. Je lis également des ouvrages sur le développement personnel et la philosophie.

Pourrais-tu citer quelques auteurs dans ce domaine?

Il n’y a personne qui me vient à l’esprit en ce moment, mais c’est important pour moi d’avoir une approche plus scientifique à mon activité. Je travaille beaucoup dans le coaching, je fais des ateliers, je pense que c’est intéressant d’avoir la science derrière tout cela afin de voir ce qui marche et ce qui ne marche pas et bien sûr, avoir les idées claires moi-même.

OK, merci! Parlons maintenant de ton organisation quotidienne. A quelle heure te lèves-tu le matin?

Avant j’avais l’habitude de commencer à travailler au réveil, mais j’ai compris que ce n’était pas une bonne idée. Maintenant j’essaie de me laisser le temps le matin, pour me préparer, je fais de la méditation et j’essaie de sortir pour faire quelques exercices.

Je crois que le bon début de la journée est un moment très important. Et si tu te sens bien, tu vas réussir tout ce que tu as planifié pour la journée.

Je prends mon petit déjeuner et je sors. Et je me laisse le temps de me poser et de travailler. Je voudrais aussi reprendre le yoga, je l’avais déjà pratiqué et cela me fait du bien.

J’aime aussi voyager et changer d’environnement, sinon je me sens oppressée. J’ai besoin de changement afin d’éviter la routine dans ma journée.

Est-ce que tu as un endroit dédié au travail?

Pas vraiment et comme je voyage et je bouge beaucoup, j’aime avoir cette liberté de travailler de n’importe quel endroit.

J’ai compris récemment que je passé 80% de mon temps en réunions à l’extérieur et ce n’est pas efficace. Parfois les réunions sont très rapides et les autres choses peuvent attendre.

Mais de temps en temps j’essaie d’avoir une période sans réunions pour me concentrer sur autre chose. Cela me permet de finir certains projets intégralement, au lieu de chercher des pièces par ci, par là, c’est essentiel pour moi.

Quels sont tes hobbies?

Je n’ai pas vraiment beaucoup d’hobbies, mais quand je suis motivée, j’aime écrire.

Quelles est ta meilleure et ta pire habitude?

Chiara Condi Led By Her Paris Interview to MadameSuccess.com
Chiara Condi, Led By Her

C’est très compliqué! Je me suis forcée à avoir quelques bonnes habitudes, car je n’en avais pas à la base. Comme par exemple faire de la marche tous les jours, méditer, comme je l’ai commencé tout juste. Pour moi, tout commence ici : prendre soin de soi et découvrir que plus tu as de l’énergie, plus tu peux en investir dans tes projets.

Tu es une personne très active, est-ce que cela t’arrive de remettre les choses au lendemain?

Honnetement, oui!

Comment tu t’y opposes?

Je crois que le plus compliqué pour moi c’est de commencer, mais si j’arrive à le faire, je finis toujours, je ne m’arrête pas au milieu. J’essaie de trouver assez de temps, car si je sens que je perds du temps sur quelque chose, cela me met la pression.

Parfois, quand je manque clairement du temps, je détermine une chose qui s’avère être la plus importante de la journée, et je m’assure de la faire en premier, même si ce n’est pas le plus passionnant pour moi. C’est cela, je fixe mes priorités. Car si tu commences beaucoup de choses en même temps et tu n’en finis aucune, c’est là que la procrastination commence.

Quelles applications utilises-tu pour organiser ta journée?

Google calendar! C’est le meilleur avec son système de reminders!

Et pour la méditation?

J’aime bien « The honest guys », ils ont beaucoup de vidéos sur Youtube, ce n’est pas un guide, mais tu entends des sons, comme sit u tu promenais dans la foret, par exemple, quelque chose d’irréel, c’est très relaxant.

Pourrais-tu donner un conseil à nos lecteurs – qu’est-ce que les femmes doivent faire pour réussir?

Je pense que comprendre ce que tu voudrais faire et ce que tu fais le mieux est primordial. Quand tu le découvres, tu atteins meilleurs résultats dans ton domaine, tu mets 20% d’effort pour avoir 80% de résultat.

Tu dois arrêter de faire quelque chose, que tu n’as pas envie de faire, parce que cela ne te permet pas d’être heureuse dans ta vie.

Si au lieu de te servir de tes forces, tu ne fais que corriger tes erreurs, ton travail devient moyen, mais si tu te concentres sur tes points forts – tu atteins des résultats exceptionnels! 

Un très bon point! Quels sont tes futurs projets?

Très bonne question. Je pense que j’ai encore beaucoup de choses à développer pour aider les femmes entrepreneuses au niveau plus global. Je suis quelqu’un qui aurai toujours de nouveaux projets, c’est dans ma nature. Et aussi je voudrais écrire plus!

Donc il y aura peut-etre un nouveau livre qui sortira prochainement?

Oui, pourquoi pas!

Parfait, on l’attendra avec impatience! Merci pour l’interview Chiara!

Liens utiles

Organisations

Les écoles

YouTube

Images: Chiara Condi; Julien Fromentin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *